Nous avons rencontré Denis Perez, intervenant à Sciences-U Paris auprès des étudiants en Bachelor et Mastère en Ressources Humaines. Il nous parle dans un premier temps de son métier et de son rôle d'intervenant, puis poursuit dans un second temps avec quelques conseils académiques et culturels.

Bonjour, est-ce que vous pouvez vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Denis Clément Perez, ma carrière repose sur une expérience professionnelle assez forte en entreprise de 23 années, en qualité de Directeur des Ressources Humaines d’abord, puis de chef d’établissement.

En 1993, j’ai réalisé mon rêve de jeune homme puisque j’ai orienté mon évolution professionnelle vers le conseil d’entreprise et la formation professionnelle d’adultes, de personnels d’encadrement, de chefs de service et de leadership.

J’exerce actuellement les fonctions de Consultant Formateur auprès d’entreprises, de collectivités et la fonction d’enseignant dans des écoles de commerce depuis 2012. Pourquoi ? Parce que les jeunes représentent à mon sens l’intelligence collective, parce-que leur individualisme est créatif et qu’ils sont le dynamisme dont l’entreprise a besoin.

J’interviens, pour résumer, sur trois domaines d’expertise : la gestion des ressources humaines, la stratégie d’entreprise et le management stratégique et opérationnel.

Quelle matière enseignez-vous ?

J’enseigne le management des ressources humaines, la politique sociale de l’entreprise, l’administration général du personnel, l’environnement économique et à la paie. J’interviens sur différents niveaux d’études, du Bachelor jusqu’au Mastère.

Qu’est-ce qui vous plaît dans votre rôle d’enseignant à Sciences-U Paris ?

Il y a bien évidemment l’envie de transférer mes connaissances, mes compétences techniques, relationnels, organisationnelles. Mon vécu professionnel aussi, avec des aléas positifs mais aussi avec des réalités sur le plan des obstacles. Quand on a occupé une fonction RH, ce n’est pas sans avoir des problématiques à traiter, à surmonter.

J’aime accompagner de futurs experts, leur donner envie d’avoir envie, pour leur développement personnel et professionnel, cela reste un enjeu majeur. Tout cela contribue à leur réussite, en tout cas j’espère, à la consolidation de leurs acquis, à leur motivation, au regard de l’orientation de carrière qu’ils ont choisi et pour laquelle ils ont décidé de s’engager dans une aventure passionnante, motivante et stimulante.

Quel(s) conseil(s) pourriez-vous donner aux futurs étudiant(e)s ?

Le premier conseil que je peux donner aux futurs étudiants porte sur le développement de leur capacité d’observation, d’écoute, de concentration car ils étudient et mettent en pratique une matière, les ressources humaines, qui est vaste et qui nécessite de consacrer du temps et de l’énergie. Les étudiants doivent faire preuve de curiosité, d’aller plus loin non seulement en posant les bonnes questions aux professeurs mais aussi en faisant travailler leur substance grise pour amplifier leur réflexion, leur analyse et l’originalité de leur proposition.

Ma deuxième recommandation pour ces futurs étudiants repose sur le travail personnel entre les cours. C’est vrai que ce n’est pas facile quand on travaille en alternance, mais c’est à force de volonté et de détermination qu’ils pourront, selon moi, faire évoluer leur niveau de connaissance, leur capacité à appréhender le métier.

Il y a aussi une activité extrêmement importante qui est de reprendre la lecture de l’actualité économique et sociale dans notre pays. Pour s’intéresser davantage aux événements, aux accords d’entreprises, aux enquêtes, aux statistiques, aux tendances économiques de la vie en entreprise. Donc, en un mot, prendre de la hauteur de vue pour avoir une vision plus large de la vie d’entreprise, parce que ça représente quand même l’essentiel du tissu économique de notre pays. Mieux comprendre les rouages des entreprises, leurs succès et leurs échecs. C’est fondamental, car certains d’entre eux seront appelés à un moment donné de leur carrière à prendre des postes à responsabilités.

Un mot à dire sur la direction pédagogique ?

La direction pédagogique a ici un management assez participatif, très contributif à la prise de responsabilité de l’intervenant. Elle intervient régulièrement quand il le faut, et je dois souligner qu’elle accorde sa confiance et une marge de manœuvre importante dans le respect de l’exécution du programme, tant sur le contenu que sur l’animation. Je me sens à l’aise dans ma fonction et par voie de conséquence, le dialogue est simple, facile et constructif avec ma responsable pédagogique. Elle sait écouter, prendre des décisions rapides et en harmonie avec la cohérence de mes propositions, ce qui encourage ma détermination à faire réussir les étudiants dans leur cursus.

Un livre à nous conseiller ?

Je recommande un livre sur des femmes et des hommes qui se sont engagés à faire évoluer les entreprises, qui ont connu des difficultés, des échecs avant de connaître des succès. C’est un livre vraiment très simple à lire et très constructif. Ce n’est pas une revue technique mais un livre de référence en matière de prises de décisions. Il analyse les grandes catégories d’échecs sur la base d’histoires vraies et tire les leçons en matière de stratégie, marketing et de la gestion de l’humain bien évidemment.

C’est un livre dont le contenu est riche d’expériences et décrypte la manière dont l’être humain se nourrit de ses déconvenues pour progresser. Ce livre s’appelle « Ils se croyaient les meilleurs », de Christine Kerdellant qui a été cheffe d’entreprise, enseignante dans l’école HEC puis écrivaine et aujourd’hui journaliste et conférencière.

Un film à voir absolument ?

Un film très ancien et très beau à voir qui est « Ben Hur », dont l’acteur principal met en valeur l’intelligence, le courage et la volonté de surmonter des obstacles et des difficultés de tout temps, c’est-à-dire la culture d’origine, de statut, la croyance, l’amitié, la richesse de réflexion et surtout le dépassement de soi-même.

Ensuite, un film plus contemporain, avec des actrices et des acteurs assez exceptionnels « Vincent, François, Paul et les autres ». C’est une comédie dramatique française du célèbre réalisateur Claude Sautet qui met en scène la vie d’une bande d’amis, d’entrepreneurs -ou pas- qui vivent et partagent leurs histoires. L’histoire montre que malgré les passages difficiles l’être humain arrive toujours à rebondir, à surmonter des coups durs et à tracer son chemin en prenant son destin en main.

Enfin, un troisième film très récent « La loi du marché ». L’acteur, Vincent Lindon, a une posture remarquable dans ce film, qu’il incarne au cœur d’une certaine réalité de l’entreprise, et des contraintes difficiles, drastiques qui sont imposées à certains d’entre nous. Donc la question est posée : « affronter ou accepter »