À la tête de sa propre agence immobilière ou au sein d’un réseau franchisé, l’Agent Immobilier fait l’interface entre le vendeur (propriétaire) et l’acheteur (locataire).

Les missions de l'Agent Immobilier

Sa mission consiste à vendre et louer des biens immobiliers et à intervenir en amont et en aval du processus :

  • Recherche de biens immobiliers en avant-première
  • Évaluation des biens : estimation du prix de vente ou de location d’un bien
  • Prospection commerciale : recherche d’acheteurs ou de locataires pour les biens qui lui sont confiés
  • Diffusion de petites annonces via des sites spécialisés ou via d’autres opérations marketing
  • Organisation de visites
  • Négociation de la vente ou de la location entre les deux parties pour les amener vers des compromis
  • Signature

Les compétences de l'Agent Immobilier

Commercial avant tout, l’Agent Immobilier doit aimer communiquer et négocier et faire preuve d’une grande diplomatie pour vendre vite et au meilleur prix. Il doit être dynamique, réactif et bien organisé afin de gérer simultanément les différents dossiers clients. Grâce à ses compétences techniques et juridiques, il doit pouvoir évaluer le potentiel d’un logement et conseiller au mieux ses clients.

Le Négociateur Immobilier peut remplacer l’Agent Immobilier en prospection, évaluation et négociation. Toutefois, il ne peut pas ouvrir sa propre agence, contrairement à l’Agent Immobilier.

Agent Immobilier : quelle formation ?

Pour accéder au métier d'Agent Immobilier, un BTS Professions Immobilières est un prérequis. Néanmoins, un Mastère Professionnel Immobilier (niveau Bac+5) est souhaitable pour acquérir davantage de responsabilités.

L’Agent Immobilier touche des honoraires calculés sur le montant des transactions qu’il réalise (de 5 à 7 % en moyenne). Sa rémunération peut donc être très variable car elle est très dépendante de son volume d’activité.

Autrement appelé Monteur d’Affaires Immobilières, le Promoteur Immobilier recherche et achète des terrains, cherche à financer la construction, suit les opérations en qualité de maître d’ouvrage et commercialise le produit résultant.

Véritable chef d’orchestre, il coordonne le travail des professionnels variés auxquels il fait appel : architectes, géomètres, bureaux d’études, notaires, banquiers, commerciaux pour la promotion du programme immobilier.

Les missions du Promoteur Immobilier

Le Promoteur Immobilier cherche de potentiels acquéreurs ou locataires dès le début des travaux. Il s'occupe du montage financier et administratif et s'assure d'établir une prévision des coûts. Le professionnel réalise des constructions immobilières et suit chaque étape de la réalisation :

  • Recherche et achat de terrain vague ou viabilisé
  • Appels d’offres d’entreprises et architectes pour la construction des bâtiments
  • Demande de permis de construire
  • Coordination et suivi de la réalisation (travaux, budgets…)
  • Commercialisation de la construction en vendant les lots ou en les louant
  • Promotion auprès du grand public

Les compétences du Promoteur Immobilier

Le Promoteur Immobilier doit se montrer polyvalent, aimer se déplacer et communiquer. Référent légal et moral pour la réalisation de la construction, son métier exige rigueur et réactivité, afin de tenir les délais et budgets avec les différents interlocuteurs. Une bonne résistance au stress est également requise, car les enjeux financiers sont importants. Doté d'un sens commercial affirmé, le Promoteur Immobilier doit également maîtriser l’aspect juridique (droit de l'immobilier) et technique en maîtrise d'ouvrage en construction.

Promoteur Immobilier : quelle formation ?

Pour accéder au métier de Promoteur Immobilier, un Mastère Professionnel Immobilier est nécessaire.

Métier à part entière du secteur de l’immobilier depuis la fin des années 1990 lors de la mise en place de la loi Carrez, la fonction de Diagnostiqueur Immobilier est très spécialisée et incontournable aujourd’hui dans la réglementation de l’immobilier.

Ce professionnel, spécialiste des normes, réglemente la construction des maisons et appartements. Il examine la conformité des lieux avec les obligations légales relatives à la santé, à la surface, à la sécurité. Le Diagnostiqueur Immobilier réalise un état des lieux relatif à la situation sanitaire et sécuritaire d’un logement, en effectuant à l’issue de ses mesures un rapport de visite extrêmement précis et détaillé.

Les missions du Diagnostiqueur Immobilier

Certifié par un organisme agréé COFRAC, le diagnostiqueur intervient sur le site pour les diagnostics suivants :

  • Détection d’amiante
  • Constat de Risque d’Exposition au Plomb (CREP)
  • État relatif à la présence de termites (pour les zones concernées par arrêtés…)
  • Diagnostic Performance Énergétique (DPE)
  • Diagnostic des installations de gaz
  • État des installations électriques
  • Installation de la sécurité incendie
  • Mesure de la surface des habitations

Le métier devrait encore se développer avec l’arrivée prévisible de nouveaux diagnostics avec les lois anti-bruit et qualité de l’air intérieur.

Les compétences du Diagnostiqueur Immobilier

Ce métier nécessite une bonne connaissance du secteur du bâtiment et de la construction ainsi que des connaissances juridiques.

Diagnostiqueur Immobilier : quelle formation ?

Le BTS Professions Immobilières permet d’accéder à cette fonction.

L’Asset Manager en immobilier ou Gestionnaire d’Actifs Immobiliers gère le parc immobilier d'un tiers (personne physique ou morale) dans le but de le faire fructifier. Il assure le suivi de ce portefeuille immobilier sur le plan commercial (négociation et transaction), administratif et financier.

Les missions de l'Asset Manager

L'Asset Manager accomplit les missions suivantes :

  • Stratégie patrimoniale : définition des schémas directeurs, évaluation de la valeur des biens immobiliers et risques de dépréciation, valorisation des actifs immobiliers, suivi des projets de restructuration, rénovation ou développement, programme d’arbitrage d’acquisitions et de cession d’actifs
  • Comptabilité et finance : gestion de la dette, suivi des tableaux d’amortissement et des échéances d’emprunt, paiement des échéances, déclarations fiscales, paiement des impôts et des taxes, relations avec les organismes fiscaux dans un souci d’optimisation fiscale
  • Trésorerie : gestion et suivi, encaissements-décaissements, prévisions et optimisation des surplus de trésorerie
  • Gestion : business plan, inventaire des immobilisations, tableaux d’amortissement et calcul des immobilisations nettes, suivi juridique des immeubles, calcul de rentabilité, réalisation des comptes et des rapports annuels des sociétés, bilan et compte de résultat, rapports commerciaux et financiers annuels

Le professionnel peut exercer ses fonctions au sein de :

  • Sociétés foncières
  • Sociétés d’investissement et de gestion d’actifs
  • Fonds d’investissement
  • Assurances, mutuelles, banques, caisses de retraite…
  • SCPI (Sociétés Civiles de Placement Immobilier)

Asset Manager : quelle formation ?

Pour accéder au métier d'Asset Manager, un Mastère Professionnel Immobilier est nécessaire.

Le Syndic de Copropriété gère les parties communes (escaliers, hall d’entrée, cave, jardin…) et les équipements collectifs (portail, ascenseur, chauffage, poubelle, etc.) des biens immobiliers en partage, afin de veiller à leur entretien et à leur bon fonctionnement.

Les missions du Syndic de Copropriété

Ses missions sont de trois ordres :

  • Technique : il veille à l’entretien ou à la réfection des parties communes, négocie et contrôle les travaux
  • Juridique : il fait respecter les règlements, convoque les assemblées, rédige les comptes rendus, souscrit les assurances de l’immeuble
  • Financier : il assure la comptabilité et la répartition des charges, règle les fournisseurs, établit le budget prévisionnel

Les compétences du Syndic de Copropriété

Le Syndic de Copropriété doit avoir un bon contact avec les propriétaires et faire preuve de diplomatie pour régler les désaccords et faire effectuer les travaux. Ce métier exige de la rigueur et un sens des responsabilités élevé.

Syndic de Copropriété : quelle formation ?

La fonction de Syndic de Copropriété est accessible après un BTS Professions Immobilières. Toutefois, pour obtenir un poste avec plus de responsabilités, il est préférable d’être titulaire d’un Mastère Professionnel Immobilier (niveau Bac+5).